Logo
 
 

A propos de lui


 Enrico Portella 

 

Engagé ... depuis des décennies, dans une œuvre artistique tenace et vigoureux, Enrico Portella est venu et les peintures témoignent d'une maturité artistique. Poète du paysage, conçoit l'art comme un espoir: sa ligne est pure, comme un homme qui est dit avec sérénité, et le langage chromatique propre et cristallisé, où chaque touche est un se retrouvent dans la nature ...
(Ministère de la Culture - Province de Cuneo)

Il a insisté ... peindre le langage figuratif de couleur faite de sensations poétiques, des portraits aux paysages, la mer, passe toujours avec amour renouvelé, parce que dans chaque manifestation de la nature voit toujours un maître (Dieu) qui a réussi à créer inégalée tout cela : sa pensée constante est à se demander, pourquoi faut-il copier tout avec des réflexes instinctifs tendant à la belle. Il a exposé dans différentes villes et pendant un certain temps, il expose en France, en obtenant plus de succès ... (Article)

Napolitain ... Peintre continue d'augmenter. E 'à la recherche de la gnose intérieure, comme la clé pour comprendre les vérités universelles. Il peint principalement des coins de rue, des pêcheurs marins ensoleillées et nuit, de vieilles fermes et des paysages. Ses œuvres ont à leur base une source d'inspiration sincère et un langage expressif post-impressionniste clair et équilibré. Il est évident que les émotions et les sentiments découlent de motivations profondes, où l'artiste vit intensément et à l'extérieur avec une grande spontanéité, de formes et de couleurs, avec des résultats évocateurs d'immédiat et de communication ... (Gino Trabini)

 


 

Aout 2013

A CHRONIQUE DE SOL GADI

                Un mot en passant.

 La technique. Tout ce qui était la récompense d'un effort est devenu une acquisition sans effort, et cela, grâce à la technologie. Nous nous sommes créé une vie technologiquement correct et l'art n'y échappe pas. Les diagnostics de nos maux non plus: ils sortent de nos machines, tout en ignorant nos corps.

Nous vivons dans la brutalité des émotions tandis que l'expression de nos sentiments a pris le large et parmi les artistes, ce sont les peintres qui paraissent s'être le plus fondamentalement approprié cette déviation. J'en veux pour exemple 2 peintres actuels. L'un, Stephane Joannes , peintre dans la mouvance « Art contemporain » , fait traverser une vaste toile rectangulaire par le dessin à l'huile d'un tanker. Immobile. Comment s'y prend-il pour que la mer absente, se laisse deviner sans se donner à voir, et, cependant, sans laisser indifférent? Si ce tanker, si minutieusement peint, échoue sur le mur de votre salon, il intriguera, vous tiendra compagnie même si vous ne vous sentez que juxtaposés et non associé. Il est là. Prouesse de la maîtrise des moyens tecniques d'un art ?

 L'autre, le peintre Enrico Portella, nous invite, lui, sur une toile de taille un peu moins grande, à embraser d'un même regard, la ville historique de Menton, la mer dans sa mobilité, deux barques de pêcheurs prêtes à l'accostage. Là, tout est action suggérée, vivant. Tout se relie à tout. Enrico Portella appartient à la mouvance post impressionniste. Avec lui, la technique soutient les couleurs, les fait vibrer dans leur message de sentiments délicats. C'est le sens des choses qui est favorisé, la technique étant dans la maîtrise de ce qui est murmuré. Dans l'aura des objets. «Objets inanimés, avez vous donc une âme » disait Lamartine.

 C'est dans cet esprit que vous aimerez écouter votre Sciences Magazine le dimanche à 18.30 sur Judaica.

Sol Gadi.

(Journaliste scientifique sur radio Judaïca-Strasbourg. Psychologue.)